Vous êtes ici : AccueilDECOUVRIRHistoireLa présence des Anzacs

La présence des Anzacs

La présence des anzacs durant la seconde guerre mondiale

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Nouvelle Calédonie entre dans le camp des Alliés, aux côtés de l’Australie et de la Nouvelle Zélande. L’Australie vient rapidement en aide à la Nouvelle Calédonie et au Bataillon du Pacifique qui ira se battre sur le front méditerranéen.

En 1941, débarque le premier contingent australien, qui sera suivi des américains en mars 1942. De son côté, la Nouvelle Zélande envoie en Nouvelle Calédonie la troisième division le 11 novembre 1942. Celle-ci s’installe à Bourail qui devient le principal camp néo-zélandais.

Dans les vallées, sont installés un hôpital de 600 lits à Boghen, un centre de transmission à Néméara, un dépôt d’intendance à Téné, une station d’essence à Bacouya, une boulangerie à Nandaï et des camps où vivent en permanence deux à trois mille hommes. En avril 1943, avec l’arrivée de 2 bataillons en provenance de Norfolk et de Tonga, l’effectif des forces néo-zélandaises avoisine les 18 000 personnes...

Le cimetière néo-zélandais, situé au sud de Bourail en bord de RT1 entre l’embranchement de Boghen et le cimetière des arabes se visite librement. Lors des opérations contre les japonais dans le Pacifique Sud, les forces néo-zélandaises ont enregistré de nombreuses pertes.

En janvier 1943, est créé à Bourail un cimetière pour ces soldats, sur un terrain généreusement offert par Charles Goussard.

242 soldats sont enterrés à Nessadiou dans le cimetière néo-zélandais et 449 noms sont inscrits sur un mémorial érigé en mémoire de ceux qui sont tombés au combat. La mémoire des disparus se commémore lors de l’Anzac Day, chaque année, le 25 avril.

Haut de page